Reports

 
report BaselArea.swiss
Le système de santé doit assumer sa responsabilité

09.05.2017

Le système de santé doit assumer sa responsabilité

Kristian Schneider veut améliorer la qualité des services de soins et faire face à la hausse des coûts de la santé en créant un réseau qui regroupera les médecins, les hôpitaux, les mutuelles et les pouvoirs publics. L’objectif est de fournir les services dont les patients ont besoin précisément pour leur santé. Pour le canton du Jura, qui, tout comme les autres cantons, souffre d’un marché des prestations de soins atomisé, c’est l’occasion unique de devenir le fer de lance d’un système de santé intégré, souligne le Directeur de l’Hôpital du Jura.

Interview: Fabian Käser, Steffen Klatt

Comment êtes-vous arrivé dans le canton du Jura ?

Kristian Schneider : J’ai été approché et n’ai eu que 16 heures pour me décider et envoyer ma candidature en français. L’opportunité d’accéder à un poste de direction générale est plutôt rare pour un soignant. Il existe en Suisse seulement trois hôpitaux dirigés par des personnes issues d’une formation initiale en soins.

Comment vos futurs collègues ont-ils réagi en apprenant qu’un soignant allait diriger l’hôpital ?

Les réactions ont été quasiment toutes positives. Les soignants ont une autre compréhension du système et s’adressent différemment aux personnes qui sont sur le terrain, car eux-mêmes l’ont été.

En tant qu’allemand, comment le vivez-vous ?

J’ai vécu une grande partie de mon existence dans la grande région de Bâle, non loin du Jura. Quand j’ai été contacté par le canton du Jura en 2012, je me suis installé du côté de Belfort, à 20 minutes de la frontière jurassienne. Cela créé des affinités. Mais je connaissais peu le canton et j’ai pu rapidement constater que les gens ici sont très accueillants et ouverts. Il est facile de s’y intégrer.

De quelle façon avez-vous abordé votre mission ?

A mon arrivée au 1er janvier 2013, le budget était déjà bouclé avec une perte prévisionnelle de 4,5 millions de francs. Nous avons donc établi un plan d’action visant à apurer cette perte. Et, avons lancé 40 projets pour améliorer l’efficacité des ressources et des flux. A la fin, nous avons quasiment atteint le but.

Comment les personnes ont-elles réagi ?

Certes, le plan d’action a été fixé par la direction mais nous avons eu à cœur que sa mise en œuvre se fasse conjointement avec nos collaborateurs. Par exemple, nous avions trop de blocs opératoires. Nos spécialistes ont proposés de concentrer tous les blocs à Delémont. Les personnes sur le terrain savent où nous ne sommes pas efficaces. Il suffit juste de leur donner la possibilité de changer les choses. Mais, cela implique aussi un changement des mentalités.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

En 2013, nous sommes sortis du rouge. Depuis, nous maintenons l’équilibre budgétaire, alors que le canton peut s’engager de moins en moins dans l’hôpital. Nous nous sommes beaucoup réorganisés et sur certains aspects sommes plus avancés que d’autres hôpitaux de la Suisse romande. Sur la question du codage des cas, nous sommes à présent suffisamment à la pointe pour proposer nos services aux autres hôpitaux, comme celui de Neuchâtel. Quant à la comptabilité, contrôlée par nos réviseurs, elle est au meilleur niveau de la Suisse romande. Nous avons été le premier hôpital à obtenir le label de qualité REKOLE (système de révision de la comptabilité analytique et de la saisie des prestations conformément aux prescriptions légales de la loi sur l’assurance-maladie).

Nous avons également amélioré notre position au niveau du canton. Notre situation en Suisse est tout à fait exceptionnelle : en tant qu’hôpital nous sommes en « quasi monopole » pour les soins intensifs, le traitement ambulatoire, tout comme la réadaptation neurologique et la gériatrie.

Qu’en est-il de la suite ?

A horizon 2030, Credit Suisse a pronostiqué un doublement des primes d’assurance-maladie. Dans le canton du Jura, cela plongerait 60% de la population en-dessous du seuil de pauvreté. On peut s’interroger alors sur la façon d’organiser le système de santé de manière à pouvoir encore le financer.

Où se situent les coûts les plus élevés ?

Il s’agit tout d’abord des soins ambulatoires et du vieillissement de la population.

Bien évidemment, les coûts sont les plus élevés concernent la dernière ou l’avant-dernière année de vie. Mais, ils augmentent déjà les années ayant précédé. Pour éviter cela, il faut une santé préventive plus efficace car bon nombre des coûts actuels ne contribuent pas à améliorer la santé.

Comment envisagez-vous de pouvoir maîtriser les coûts ?

Si je considère que mon rôle est d’améliorer l’état de santé des personnes alors cela implique également qu’elles ne consomment que les services de santé dont elles ont besoin. Je dois donc empêcher les médecins de prescrire des soins qui ne sont pas réellement utiles aux personnes.

Le seul moyen d’y parvenir est que tous les acteurs soient responsables de la qualité et des coûts. Le médecin doit être payé pour que ses patients recouvrent la santé.

Comment cela peut-il s’articuler ?

Nous devons mettre en place un réseau en étroite collaboration avec les médecins et changer le système de financement. Admettons que chaque personne dispose par exemple d’un budget annuel de santé de 5000 francs. Nous aurions alors pour tout le canton du Jura et ses 72000 habitants 360 millions de francs disponibles. Pas plus. Si tout l’argent n’est pas dépensé, alors il reste dans le réseau et chacun a intérêt à ne prescrire que ce qui revêt une réelle valeur ajoutée. Il y aurait également de ce fait intérêt à investir dans la prévention.

Comment voulez-vous organiser cela?

Il faut, tout d’abord, créer un réseau et le réglementer par un contrat-cadre. La règle essentielle étant : chacun ne fait que ce qui est strictement nécessaire. Puis, on crée dans ce réseau un cercle de qualité qui s’assure en s’appuyant sur des cas concrets que la coopération fonctionne. Ensuite, les différents acteurs doivent travailler géographiquement de façon aussi proche que possible. Si je construis un hôpital, il faudrait alors qu’un centre médical se trouve juste à côté. Et enfin, le réseau doit investir dans la prévention. Ce qui est possible puisqu’il reste de l’argent.

Comment financez-vous le réseau ?

Ce sont les assurances car elles n’ont aucun intérêt à ce que nous utilisions au maximum le budget. Les assurances vendent alors ce modèle à leurs assurés. Et, les assurés qui optent pour notre réseau bénéficient de meilleurs tarifs que s’ils choisissaient librement leur hôpital et médecin.

N’est-ce pas déjà le cas de Swica avec ses centres médicaux ?

Swica applique ce système seulement aux soins de base, sans hôpital. Le canton du Jura a une chance unique : il est facilement gérable et n’a qu’un seul hôpital.

De quoi avez-vous besoin pour créer un tel réseau ?

J’ai besoin d’un partenaire qui a déjà une certaine expérience en la matière. Ce dernier existe déjà, c’est le Réseau DELTA qui est un réseau de la région de Genève, spécialisé dans les soins de base. Il se montre très intéressé à étendre le partenariat avec un hôpital. Nous allons aussi discuter avec d’autres partenaires possibles comme Medbase et l’hôpital universitaire de Bâle. Et, il faudra également intégrer le canton puisque le mode de financement changera. Mais, je ne vois aucun frein à cela.

Pour le canton, ce n’est qu’un changement de nom et non de montant ?

Exactement. Les 55% qu’il prend en charge pour les soins d’hospitalisation ne deviendraient qu’une partie du budget total. Il pourrait ainsi montrer aux citoyens que les frais de santé ne sont pas condamnés à augmenter sans cesse. Du moins aux citoyens qui auront fait le choix de notre modèle de réseau.

Quand commencez-vous ?

Les discussions sont déjà en cours. Pour la première fois depuis qu’il existe, le canton rédige une stratégie de propriétaire. Il doit définir s’il a des attentes vis-à-vis de nous en tant qu’hôpital pour les dépenses globales de santé. Et si oui, si nous nous libres de changer les structures. La Confédération qui est finalement responsable du financement est ouverte à de tels modèles. Le canton du Jura pourrait ouvrir la voie vers un système complètement différent. Il pourrait même devenir la région où des personnes âgées aisées viennent passer la dernière partie de leur vie. Et le secteur de la santé constituerait un facteur économique pour le Jura.

Comptez-vous rester dans le Jura jusqu’à votre retraite ?

Il est important pour moi de prendre plaisir à mon travail, et tel est le cas. Mais, je ne suis pas certain que cela soit une bonne chose pour l’hôpital. On verra avec le temps. A une époque où tout va si vite, le changement s’impose à ce type de fonction. Il faut apporter un nouveau souffle.

Plus sur la personne :

Kristian Schneider (45 ans) est né à Francfort-sur-le-Main. Il a suivi une formation d’infirmier à Bâle puis y a exercé près de 20 ans à l’Hôpital universitaire. Il a, ensuite, dirigé le Service des Urgences pendant cinq ans. De 2007 à 2009, il a suivi une formation à l’Université de Berne en Management de la santé. Il est depuis 2013, Directeur général de l’hôpital du Jura. L’hôpital cantonal du Jura, qui regroupe depuis la fusion en 2002 les hôpitaux de Delémont, Porrentruy et Saignelégier, emploie 1655 personnes.

Catégories

BaselArea.swiss Medtech
Cookies

Le site BaselArea.swiss utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Pour continuer à surfer, veuillez accepter l'utilisation des cookies. 

Ok