Bienvenue sur BaselArea.swiss

Nous encourageons l’innovation et facilitons les projets commerciaux dans la région économique la plus dynamique de Suisse >>>>

Numéro un du Swissness

Swissness est synonyme de bonnes conditions économiques, de fiabilité et de productivité. La région de Bâle en est l’exemple même a... >>>> Swissness est synonyme de bonnes conditions économiques, de fiabilité et de productivité. La région de Bâle en est l’exemple même avec sa force économique et son approche libérale.

Numéro un dans le domaine des sciences de la vie et des soins de santé

Particularité unique en son genre, la région bâloise regroupe, sur un seul et même site, toute la chaîne de création de valeur du d... >>>> Particularité unique en son genre, la région bâloise regroupe, sur un seul et même site, toute la chaîne de création de valeur du domaine des sciences de la vie. Plus de 600 entreprises ont ainsi déjà fait le choix d’y implanter leurs départements de recherche et développement, leurs unités de production et leurs instances de direction.

Numéro un pour les entreprises d’innovation

Diverses études s’accordent à donner à la Suisse le statut de pays le plus innovant du monde. L’accès facilité au savoir, la présen... >>>> Diverses études s’accordent à donner à la Suisse le statut de pays le plus innovant du monde. L’accès facilité au savoir, la présence de personnel qualifié en provenance des quatre coins du globe et un ancrage fort de l’industrie font de la région bâloise le premier pôle d’innovation de Suisse.

Numéro un pour les transports depuis et vers l’Europe

Transport par avion ou par conteneurs maritimes sillonnant les mers: les excellentes liaisons de transport et la position centrale ... >>>> Transport par avion ou par conteneurs maritimes sillonnant les mers: les excellentes liaisons de transport et la position centrale de la région bâloise, au cœur de l’Europe et à la frontière avec la France et l’Allemagne, en font une véritable plaque tournante logistique et commerciale.

Numéro un pour la culture et les loisirs

Patrimoine artistique de toute beauté, événements sportifs d’envergure internationale, vie citadine pleine de charme et espaces nat... >>>> Patrimoine artistique de toute beauté, événements sportifs d’envergure internationale, vie citadine pleine de charme et espaces naturels préservés à deux pas des zones urbaines : tous ces atouts font de la région bâloise l’un des lieux de travail et de vie les plus agréables du monde.

En sa qualité d’organisation d’encouragement de l’innovation et de promotion économique commune aux trois cantons du Nord-Ouest de la Suisse – Bâle-Ville, Bâle-Campagne et le Jura – BaselArea.swiss apporte son soutien aux créateurs d’entreprise et aux entrepreneurs de Suisse et de l’étranger qui souhaitent réaliser des projets d’innovation ou commerciaux dans la région.

Grâce à son réseau de plus de 8'500 décideurs, innovateurs, experts et leviers multiplicateurs, BaselArea.swiss donne à ces clients un accès ciblé aux connaissances et au savoir-faire spécialisé.

BaselArea.swiss assure ce service dans quatre domaines:

BaselArea.swiss organise ses prestations aux clients en quatre domaines:

  • Le service Invest in Basel Region est conçu sur mesure pour aider les clients à choisir où implanter leurs activités commerciales dans la région et pour les accompagner tout au long du processus d’installation.
  • Le service Connecting Innovators consiste en une assistance aux entreprises et chercheurs dans les secteurs Technologie, R&D et Innovation au sein des domaines technologiques « Life Sciences », « Medtech », « ICT », « Micro, Nano & Materials » ainsi que «Production Technologies».
  • Le service Supporting Entrepreneurs aide les entrepreneurs s’installant dans la région, ou lançant ici leurs activités, de façon globale dans la réalisation opérationnelle de leur projet. En outre, les start-up ainsi que les PME en expansion appartenant aux domaines technologiques évoqués plus haut bénéficient d’une mise en réseau ciblée avec des experts et investisseurs.
  • Le service Accessing China permet aux entreprises du Nord-Ouest de la Suisse souhaitant avoir un pied en Chine d’accéder plus facilement au marché grâce à un robuste réseau de partenaires, et ainsi de réaliser au mieux leur expansion.

BaselArea.swiss gère en outre une plateforme d’information complète reflétant les compétences de la région économique de Bâle et favorisant les liens entre les acteurs:

  • « Innovation Reports »: rapports sur les innovations dans la région de Bâle et publication mensuelle d’un bulletin d’information présentant des interviews, des articles de fond ainsi que des informations concernant la création d’entreprise et l’établissement d’une activité commerciale.
  •  « Innovation Events »: avec chaque année plus de 50 événements axés sur le transfert de connaissances et l’entrepreneuriat, BaselArea.swiss met en relation les innovateurs et les créateurs d’entreprise dans le contexte de thèmes actuels.

Depuis des années, la Suisse fait partie des pôles économiques leaders dans le monde en matière de compétitivité et de capacité d’innovation, une place au sommet qu’elle doit à plusieurs facteurs. Outre le haut niveau de formation et l’infrastructure de pointe, l’efficacité des autorités est certainement l’une des principales raisons pour lesquelles la Suisse évoque de bonnes conditions économiques, une grande fiabilité et une forte productivité. Par ailleurs, les entreprises bénéficient depuis des décennies d’une grande sécurité en matière de droit, de planification et d’investissement, disposant ainsi des bases élémentaires nécessaires à une expansion pérenne sur de nouveaux marchés. Ce n’est pas un hasard si la Suisse possède la plus forte densité d’entreprises multinationales.

Or, la région de Bâle contribue largement à ce succès. C’est ici que de nombreuses entreprises leaders à l’international trouvent leurs racines, mais surtout, elles assurent une dynamique économique continue: le produit intérieur brut de la région s’élève ainsi nettement au-dessus de la moyenne nationale, l’agglomération élargie de Bâle présentant tout simplement le plus haut PIB par habitant. Parallèlement, la région joue un rôle déterminant dans la force d’innovation du pays compte tenu de ses clusters des sciences de la vie, leaders mondiaux et parmi les plus productifs, mais aussi du grand nombre d’industries de haute technologie qui y sont implantées. Ainsi, un cinquième des marchandises exportées par la Suisse sont fabriquées dans la région de Bâle, par bien moins de 10% de la population suisse.

Quatre facteurs primordiaux font de la Suisse en général, et de la région de Bâle en particulier, un pôle économique, industriel et scientifique de taille à l’échelle internationale:

  • Une politique fiscale raisonnable: La structure fédérale de la Suisse permet une concurrence fiscale entre les cantons et maintient ainsi la charge fiscale dans des limites raisonnables. Part fédérale exceptée, les cantons décident effectivement du taux d’imposition qu’ils souhaitent appliquer et offrent les meilleures conditions possibles. Dans la région de Bâle, cela profite particulièrement aux entreprises actives dans le domaine de l’innovation créatrice de valeur et investissant largement dans la recherche, le développement et la production.
  • Un marché du travail libéral: Compte tenu de la forte présence d’entreprises actives à l’international dans le secteur des hautes technologies, les autorités de la région de Bâle ne ménagent pas leurs efforts pour répondre à la demande de personnel qualifié étranger. En plus de cela, les entreprises profitent de l’une des législations les plus libérales d’Europe en matière de travail mais aussi d’une importante protection sociale pour les employés, ce qui permet aux premières de réagir rapidement aux changements sur le marché.
  • Une infrastructure durable: En Suisse, un train en retard de cinq minutes est aussi intolérable que rare, ce qui fait sourire nombre de nos visiteurs étrangers. L’infrastructure suisse figure parmi les plus modernes et les plus robustes du monde – un atout qui profite également aux entreprises de la région bâloise: excellentes connexions routières, ferroviaires, aériennes et fluviales de et vers l’Europe et le monde entier via le Rhin.
  • Une formation proche de la pratique: Seul un tiers des jeunes suisses poursuit sa scolarisation jusqu’au gymnase pour ensuite étudier dans les meilleures universités de Suisse. Ce chiffre pourrait sembler catastrophique pour bien des économies nationales mais représente pourtant un réel atout pour la Suisse. En effet, ce que l’on appelle le système éducatif dual prévoit que la majorité des jeunes effectuent un apprentissage aboutissant à un certificat fédéral de capacité, ce qui leur permet de s’insérer très tôt dans la vie professionnelle. A vrai dire, la plupart se spécialisent «sur le terrain» grâce à un enseignement axé sur la pratique dans les hautes écoles spécialisées. Le marché suisse du travail dispose ainsi de jeunes collaborateurs ayant pour bagage quelques années d’expérience professionnelle et continuant de parfaire leur spécialisation de manière flexible; rien d’étonnant donc à ce qu’ils soient très recherchés par l’industrie. Par ailleurs, la région de Bâle offre un large choix d’écoles internationales, ce qui permet aux collaborateurs d’entreprises internationales de s’intégrer bien plus facilement ici avec leur famille.

La Suisse est le seul Etat appliquant la démocratie directe, un système politique et social très spécifique sur lequel elle repose depuis des siècles. Elle se distingue aussi par sa fiabilité, son autodétermination et son identité fédérale, conditions fondamentales pour un environnement sociopolitique stable. Ces atouts se retrouvent en particulier dans la région de Bâle, où les entreprises peuvent faire du Swissness un facteur de leur succès grâce à l’ouverture d’esprit et à l’approche aussi pragmatique que positive des autorités et des citoyens.

La région bâloise est un site mondialement reconnu dans le domaine des sciences de la vie et se classe en toute première position au niveau européen. Parmi les trois leaders du marché mondial, deux grands noms, Roche et Novartis, sont originaires de la région bâloise et y ont implanté leur siège social.

Mais au-delà de ces grands groupes, d’autres entreprises d’envergure internationale ont également domicilié des fonctions cruciales de leur activité dans la région bâloise. On pourra citer ici Elanco (Eli Lilly Company), Abott ou Bayer. Sans oublier toute une série d’acteurs nouvellement arrivés sur le marché, comme Actelion, Basilea et Evolva, ou encore des entreprises spécialisées telles que Bachem ou Polyphor. La région bâloise est également devenue un lieu d’accueil privilégié pour de nombreuses start-ups au développement très prometteur.

La région bâloise compte au total plus de 700 entreprises du domaine des sciences de la vie, lesquelles participent dans une large mesure au dynamisme économique de la zone. Le succès de ces entreprises s’appuie sur trois facteurs essentiels:

  • L’industrie des sciences de la vie constitue le moteur de croissance de la région bâloise et y est fortement ancrée: employant au total 33 000 personnes dans le secteur des sciences de la vie, la région bâloise produit chaque heure des biens et des services d’une valeur de 321 millions de dollars. En termes de productivité, la région bâloise se positionne ainsi à l’échelle mondiale loin devant toutes les autres places dédiées aux sciences de la vie. En matière de création de valeur brute, la région bâloise est encore une fois championne du monde: avec 19 milliards de dollars par an, elle affiche le volume le plus élevé du monde. Bénéficiant en parallèle d’une enveloppe annuelle d’investissements de 6 milliards de dollars, elle est résolument leader en matière de recherche et développement. Les sciences de la vie confèrent à la région bâloise un taux de croissance économique supérieur à la moyenne et lui permettent de ce fait de jouir d’une excellente image dans l’opinion publique.
  • La région bâloise est riche de nombreux talents et experts dans tous les domaines de compétences – souvent situés à proximité directe les uns des autres: de la recherche au développement de start-ups en passant par la production, le marketing et la distribution, la région bâloise accueille toutes les activités de la chaîne de création de valeur du domaine des sciences de la vie. Elle bénéficie ainsi d’un vivier de spécialistes et d’experts qualifiés pour toutes les phases de développement et toutes les fonctions de l’entreprise. Sans oublier les instituts de recherche de renommée internationale, comme le Biozentrum de l’université de Bâle, le Department of Biosystems Science and Engineering de l’EPF de Zurich ou encore le Friedrich Mischer Institute. Ce large éventail de ressources, compétences et talents réunis au sein d’un espace géographique restreint – souvent même à quelques mètres à peine de distance – est absolument unique au monde et offre un terreau de croissance incomparable aux innovations de demain.
  • Depuis longtemps déjà, la région bâloise fait figure de pôle d’innovation dans le domaine des sciences de la vie – une tradition qui remonte à plus de 250 ans: la région bâloise est le plus ancien site dédié aux sciences de la vie. Son histoire remonte au milieu du XVIIIe siècle, période de plein essor pour l’industrie de la teinturerie de soie. Depuis cette date et jusqu’à notre époque, marquée par la révolution des biotechnologies, l’écosystème des sciences de la vie de la région bâloise n’a eu de cesse de se réinventer et a initié ou accompagné toutes les grandes avancées de son temps. Cette réussite se poursuivra demain car, à l’inverse d’autres lieux historiquement dédiés aux sciences de la vie, la région bâloise a su consolider son positionnement au fil des années et aborde l’avenir avec des investissements prévus de près de 6 milliards de francs dans des projets d’infrastructure publics et privés, qui lui permettront encore une fois de passer à une nouvelle étape de développement.

Une tradition de longue date, un ancrage industriel fort et une expertise de plusieurs décennies en matière de recherche et développement et de commercialisation font de la région bâloise le site disposant de l’offre la plus complète du monde dans le domaine des sciences de la vie. Les projets liés aux sciences de la vie n’aboutissent nulle part aussi rapidement et efficacement à la maturité de marché et à un succès durable que dans la région bâloise.

Véritable moteur économique de cette zone, la haute technologie garantit à la région bâloise un taux de croissance supérieur à la moyenne. Et cette prospérité est appelée à perdurer. En effet, l’ancrage fort de l’industrie dans la zone, les échanges commerciaux internationaux qui s’y nouent, l’arrivée constante de nouveaux talents et spécialistes du monde entier ainsi qu’une offre de formation universitaire et professionnelle suisse de grande qualité, reconnue à l’échelon international, font de la région bâloise un territoire propice à la culture de l’innovation. Les entreprises – en particulier celles issues du secteur des technologies médicales, des technologies de l’information et de la communication, de la chimie et de l’industrie de précision – profitent des avantages spécifiques suivants qu’offre la région :

Véritable moteur économique de cette zone, la haute technologie garantit à la région bâloise un taux de croissance supérieur à la moyenne. Et cette prospérité est appelée à perdurer. En effet, l’ancrage fort de l’industrie dans la zone, les échanges commerciaux internationaux qui s’y nouent, l’arrivée constante de nouveaux talents et spécialistes du monde entier ainsi qu’une offre de formation universitaire et professionnelle suisse de grande qualité, reconnue à l’échelon international, font de la région bâloise un territoire propice à la culture de l’innovation. Les entreprises – en particulier celles issues du secteur de la technologie médicale, des technologies de l’information et de la communication, de la chimie et de l’industrie de précision – profitent des avantages spécifiques suivants qu’offre la région:

  • La région bâloise bénéficie d’une industrie haute technologie solide et bien ancrée : 92% de la création de valeur industrielle dans le canton de Bâle-Ville provient des entreprises du secteur high-tech. Même dans les cantons plus ruraux de Bâle-Campagne et du Jura, le taux de création de valeur industrielle excède 70% - une valeur largement supérieure à la moyenne nationale qui avoisine les 60%. Avec de tels chiffres, la Suisse compte ainsi au nombre des pays les plus innovants du monde.
  • La région bâloise est leader en matière de recherche et développement : en Suisse, le secteur privé assure 69% des investissements consentis dans le domaine de la recherche et du développement. Cette participation est très élevée si on la compare aux chiffres du monde entier. La région de Bâle y contribue à hauteur de 40%, alors que seuls 10% des Suisses vivent dans cette zone. Sur les dix entreprises suisses qui déposent le plus grand nombre de brevets, cinq ont installé leur siège dans la région bâloise : Roche, Novartis, Clariant, Syngenta et Endress+Hauser. En outre, aucune autre région de Suisse n’emploie autant de personnes dans le secteur de la recherche industrielle et du développement.
  • La région bâloise opère au sein d’un réseau mondial et s’appuie sur un vivier de talents issus des quatre coins de la planète : plus de 700 000 personnes vivent dans la région bâloise et près d’une sur cinq est d’origine étrangère. Parmi ces habitants étrangers, on compte 36 000 salariés expatriés. Située à proximité directe de la France et de l’Allemagne, la région accueille en outre 70 000 frontaliers qui font la navette chaque jour pour venir y travailler. Il existe peu de places économiques concentrant sur un si petit espace un si grand nombre d’activités d’envergure internationale et possédant un si fort pouvoir d’attraction pour les experts du monde entier.
  • Excellence scientifique et enseignement supérieur de très grande qualité : au-delà de son intense activité de recherche et développement, la région bâloise tient également une place de choix dans le paysage suisse des hautes écoles. L’université de Bâle, avec ses 2000 enseignantes et 12 000 étudiantes, est l’une des plus anciennes d’Europe et se classe parmi les 100 meilleures au monde. Par ailleurs, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (qui dispose d’une antenne dédiée aux sciences de la vie à Bâle) et celle de Lausanne – deux universités de pointe reconnues au niveau mondial – se trouvent à moins de deux heures de train. Au total, la région bâloise comptabilise, avec la zone frontalière des pays voisins, pas moins de 167 instituts de recherche sur un rayon de quelques centaines de kilomètres seulement. En outre, le système de formation duale suisse et la Haute Ecole spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest fournissent à la région des professionnels et experts hautement qualifiés.

Dans les études mondiales réalisées sur le sujet, la Suisse se positionne régulièrement en tête des premiers sites d’innovation. Bénéficiant d’un secteur industriel solidement ancré et de relations commerciales internationales florissantes, et s’appuyant par ailleurs sur un enseignement supérieur et professionnel de qualité suisse, la région bâloise attire des talents et spécialistes du monde entier et peut aujourd’hui s’enorgueillir d’être devenue le premier pôle d’innovation du pays. La densité de l’offre proposée sur ce territoire est unique en son genre : il est rare en effet de trouver ainsi réunis à proximité directe autant de compétences spécialisées, d’excellence scientifique, de savoir-faire industriel et de personnel hautement qualifié.

 


Au temps des Romains déjà, le port rhénan de Bâle constituait le point le plus méridional de la liaison fluviale vers la Mer du Nord. Avec la construction en 1226 du premier pont sur le Rhin – qui resta aussi longtemps le seul – entre le lac de Constance et la Mer du Nord, Bâle se transforma rapidement en une cité commerciale de grande importance. Sa situation privilégiée au centre de l’Europe, non loin des frontières allemande et française, font aujourd’hui encore de la région bâloise le plus important centre logistique de Suisse. Ce qui profite naturellement à l’industrie.
Mais cet espace géographique au cœur de l’Europe offre également des atouts uniques pour y établir le siège social d’entreprises internationales :

  •  La région bâloise, plaque tournante des transports européens : situé à 15 minutes seulement du centre-ville en autobus ou en taxi, l’aéroport EuroAirport dessert plus de 90 destinations en Europe, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Depuis les trois ports rhénans, il est possible d’envoyer des conteneurs maritimes qui rejoignent Rotterdam en trois jours avant de poursuivre leur périple sur les mers du globe. La région dispose en outre de liaisons ferroviaires – avec des départs toutes les heures – vers toutes les grandes villes comme Zurich (et l’aéroport international de Kloten), Berne, Lausanne et Genève ainsi que les grands centres économiques du Rhin Supérieur (Fribourg, Karlsruhe ou Strasbourg). Des trains grande vitesse confortables desservent également les métropoles européennes Francfort, Paris et Milan, qui ne sont plus alors qu’à quelques petites heures de trajet.
  •  La région bâloise, premier centre logistique de Suisse : 842 000 tonnes de nourriture et 12% des exportations suisses transitent chaque année par les trois ports rhénans. Un tiers du commerce extérieur suisse est traité dans la région bâloise. L’EuroAirport est le premier aéroport suisse pour le fret aérien et cela ne doit rien au hasard. La région bâloise emploie 23 000 personnes dans le secteur de la logistique. 990 entreprises de ce secteur – parmi elles de grands noms comme DHL, Panalpina, Goldrand ou Kerry Logistics – possèdent des succursales dans la région bâloise et proposent des solutions pratiques pour répondre aux exigences d’approvisionnement complexes des entreprises actives dans le domaine des sciences de la vie ou de la chimie.
  • Du fait de sa position centrale, la région bâloise offre les conditions idéales pour y installer le siège social d’entreprises commerciales d’envergure internationale : tabac (Davidoff), commerce de détail (Dufry), gastronomie (Transgourmet) ou transactions financières internationales (BIZ) : à Bâle, l’activité économique s’articule autour de toutes sortes de biens et de services. Coop (numéro 2 du commerce de détail en Suisse) et Manor (première chaîne suisse de grands magasins) y ont établi leur siège social. La région bâloise jouit également d’une belle renommée en tant que site privilégié pour les salons internationaux. Une grande part des échanges commerciaux dans le secteur de la bijouterie et de l’horlogerie se déroule ainsi lors du salon Basel World qui se tient chaque année dans la ville. Art Basel constitue quant à elle la plus importante manifestation d’art contemporain du monde. De plus en plus de marques étrangères découvrent les atouts de Bâle en tant que plateforme commerciale internationale et installent dans la région leur représentation européenne, suivant ainsi l’exemple de la marque de montres et accessoires Fossil, du fabricant de vélos Cannondale ou de l’enseigne de mode Tally Weijl.

Bénéficiant d’une excellente infrastructure de transport ainsi que de ressources et compétences bien établies dans le domaine de la logistique et du commerce international, la région bâloise attire de plus en plus de sociétés d’envergure mondiale, qui viennent y installer leur siège européen ou international. Mais les entreprises déjà implantées dans la région et les start-ups profitent elles aussi de la position géographique centrale de la région. La proximité des pays voisins et les échanges constants avec le monde entier génèrent en outre un esprit d’ouverture au sein de la population et insufflent en permanence un vent de dynamisme qui se répercute favorablement sur le développement économique de toute la région.

Prendre le petit-déjeuner en Allemagne, dîner en France et souper en Suisse : située dans la zone frontalière entre ces trois pays et largement marquée par les influences internationales résultant de la mondialisation de l’industrie, la région bâloise offre une qualité de vie absolument unique. Autre avantage : les prix y sont aussi beaucoup plus bas que dans les autres grandes agglomérations suisses. Dans la région bâloise, la vie urbaine dévoile tous ces charmes à travers une architecture couronnée de nombreux prix, des bâtiments historiques à admirer en plein centre-ville et une offre culturelle particulièrement riche – du très hip au très classique. Le tout desservi par un réseau de transports publics judicieusement pensé pour des déplacements rapides et sans complications vers les zones résidentielles rurales et les espaces de loisirs à proximité.
Bon à savoir pour les nouveaux arrivants: la région bâloise présente la plus importante communauté des expatriés et une offre complète d’écoles internationales pour les enfants de salariés étrangers mutés en Suisse. C’est dans cette région aussi que l’on trouve le plus grand nombre d’habitants venus d’ailleurs, qui s’établissent là durant plus de cinq ans et s’y sentent comme chez eux. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

Un style de vie urbain et une offre culturelle riche et variée capable de satisfaire tous les goûts : les origines de Bâle remontent au temps des Romains et des Celtes. La région a connu son premier âge d’or entre la fin du Moyen-Age et le début des temps modernes. Mais la vie à Bâle ne s’est pas arrêtée là. Bien au contraire : une scène artistique bouillonnante, associée à une offre gastronomique très diversifiée et un large éventail de manifestations culturelles en tous genres, rythment agréablement la vie urbaine. Défilé de carnaval dans la vieille ville pittoresque, concert symphonique dans la salle du casino de style néobaroque ou cinéma de plein air sur la place de la cathédrale : à Bâle, la vie bat son plein à chaque instant de l’année.     

La région bâloise fait le bonheur des amateurs d’art : le musée d’art de Bâle, fondé en 1671, abrite la plus ancienne collection d’art publique détenue par une communauté. Le journal londonien « Times » a classé cet établissement parmi les cinq meilleurs musées d’art du monde. Tout aussi réputée au niveau international, la Fondation Beyeler, dont le bâtiment fut construit par le célèbre architecte italien Renzo Piano, attire de nombreux visiteurs. Au rayon des superlatifs, citons encore Art Basel, la plus importante manifestation d’art contemporain, rendez-vous incontournable qui voit défiler chaque année les professionnels de la scène artistique et la jet-set du monde entier. Sans oublier les productions du Stadttheater (opéra, théâtre et danse), qui se voient régulièrement distinguées par des prix artistiques de renommée internationale.

  • La région bâloise fait la part belle au sport – et pas seulement dans les stades ou à la télévision : les meilleurs footballeurs européens ont déjà foulé la pelouse attitrée du FC Bâle au stade Saint-Jacques et l’élite du tennis dispute les matches des Swiss Indoors - avec parmi elle la superstar de la région, Roger Federer. Mais la population de la région bâloise fait également preuve d’un grand enthousiasme sportif en dehors de ces haut-lieux de compétition. Nulle part ailleurs on n’utilise davantage le vélo qu’à Bâle, que ce soit pour aller travailler ou pour se promener sur les innombrables pistes cyclables qui parcourent la campagne environnante. Les amateurs de jogging peuvent pratiquer cette activité sans risque et en toute sérénité sur les berges du Rhin. Pour le ski de fond, le Jura offre de longs kilomètres de pistes, tandis que les amateurs de ski de descente peuvent rejoindre une station des Alpes suisses en moins de deux heures de voiture.
  • A la frontière entre la Suisse, la France et l’Allemagne, la région de Bâle offre des possibilités d’activités variées : dégustation de vin en Alsace, soirée gastronomique dans le Sud du Pays de Bade ou pique-nique décontracté sur les hauteurs du Jura: dans la région bâloise, pratiquement toutes les envies peuvent être exaucées à moins d’une heure de route. La liste de toutes les activités à découvrir est encore longue : durant les douces soirées d’été par exemple, lorsque les berges du Rhin prennent des allures de Riviera, le fleuve invite irrésistiblement à la baignade.

Une incroyable variété d’activités de proximité, une infrastructure de transports publics sans équivalent au niveau mondial, un climat de sécurité et une grande stabilité politique placent régulièrement la Suisse loin devant les autres pays en matière de qualité de vie. Tous ces atouts se retrouvent bien sûr aussi dans la région bâloise, additionnés d’une intense activité culturelle et d’un grand confort de vie dans une atmosphère cosmopolite. Rien d’étonnant dès lors à ce que la jeune génération désigne Bâle comme l’un des lieux les plus tendance de Suisse.

Our services

Invest in Basel Region

Votre entreprise est en pleine expansion? Vous souhaitez vous implanter en Europe et en Suisse pour profiter de nouveaux marchés ? La région de Bâle est faite pour vous. Ce petit espace recèle toutes les clés du succès pérenne.

Les nombreuses multinationales à la pointe en matière de sciences de la vie en font un environnement commercial à dimension internationale. La région présente ainsi un vivier de talents ouvert sur le monde et composé de collaborateurs compétents et excellant dans leurs divers domaines de spécialité. En plein cœur de l’Europe, à la frontière entre la France et l’Allemagne, la région de Bâle offre des conditions économiques attractives et une remarquable qualité de vie typique de la Suisse.

Votre entreprise pourrait-elle bénéficier de ces avantages ? Nous nous ferons un plaisir de vous guider. Nos spécialistes conseillent et accompagnent les entreprises de façon compétente et complète tout au long du processus d’implantation :

  • Evaluation : Impôts ? Marché du travail ? Situation concurrentielle ? Autorisations ? Contexte industriel ? Nous pouvons vous procurer toutes les informations pertinentes pour votre projet concernant la région de Bâle et la Suisse.
  • Choix du site : encore des questions ? Voyez par vous-même. Nous arrangeons des contacts personnels avec les autorités, experts et décideurs, et nous vous assistons de façon professionnelle dans votre recherche immobilière.
  • Visite de site : vous souhaitez découvrir la région de Bâle ? Nous rendons votre visite aussi productive et efficace que possible et mettons en place un programme adapté à vos besoins.
  • Lancement de l’activité commerciale : vous ne voulez pas perdre une minute ? Nous vous aidons à prendre contact avec les institutions et partenaires importants, accélérant ainsi votre implantation dans le vaste paysage économique et d’innovation de la région de Bâle.

Ce service complet est gratuit pour toutes les entreprises contribuant de manière durable à la dynamique de notre pôle économique. Depuis des siècles, l’innovation et l’ouverture vers la nouveauté sont une tradition dans la région bâloise. Nous nous réjouissons à l’idée de découvrir votre projet commercial et de pouvoir participer à son lancement réussi.

Gabriela Güntherodt

Votre interlocuteur

Gabriela Güntherodt

Member of the Management Board, Head of International Markets & Promotion

Prenez contact avec nous

Connecting Innovators

« Connecting Innovators » relie les idées, les entreprises et les entrepreneurs. Cette connexion se fait de manière informelle lors de manifestations professionnelles organisées par BaselArea.swiss, laquelle apporte également son soutien à des projets individuels par la mise à disposition de spécialistes, de partenaires de coopération mais aussi de financement. Les experts de BaselArea.swiss peuvent à leur tour compter sur un vaste réseau de plus de 8000 innovateurs.

Le programme « Connecting Innovators » est axé sur cinq domaines thématiques principaux : « Life Sciences », « Medtech », « Information and Communications Technology », « Production Technologies » et « Micro, Nano & Materials ». Chacun de ces domaines technologiques est géré par un expert qui établit le programme en étroite collaboration avec l’industrie, sert d’interlocuteur pour les projets envisagés et entretient les partenariats avec les instituts de recherche pertinents ainsi que d’autres institutions de la région de Bâle.

De cette façon, « Connecting Innovators » constitue le tremplin idéal pour s’implanter dans la région bâloise et profiter de son environnement diversifié consacré à l’innovation. Plus de 80 manifestations ont lieu chaque année, permettant aux entrepreneurs, innovateurs et experts de se rencontrer et d’échanger régulièrement leurs idées et leurs connaissances, et ce de différentes manières :

  • InnovationEvents : axés sur le transfert de connaissances, ils sont l’occasion pour les entreprises, et en particulier les start-up, de se présenter et d’exposer leur projet, favorisant un échange régulier d’expériences et de savoir – multisectoriel et interdisciplinaire – entre les innovateurs dans la région bâloise.
  • Innovation Workshops & Seminars : approfondissent un thème en permettant le dialogue au sein d’un groupe multisectoriel et interdisciplinaire composé de spécialistes, avec l’objectif d’évaluer le spectre d’utilisation de nouvelles technologies et de relier projets concrets et coopérations.
  • Technology & Innovation Circles : conçus comme des initiatives sur plusieurs années afin de développer un thème d’innovation au sein d’une communauté multisectorielle et interdisciplinaire, ils mettent ainsi en valeur de nouveaux potentiels de marché.

BaselArea.swiss met à la disposition des jeunes entreprises des manifestations et services spécifiques dans le cadre de son programme Supporting Entrepreneurs.

Sebastien Meunier

Votre interlocuteur

Sebastien Meunier

Member of the Management Board, Head of Innovation & Entrepreneurship


Tel. +41 61 295 50 15

sebastien.notexisting@nodomain.commeunier@baselarea.notexisting@nodomain.comswiss
Sebastien Meunier

Votre interlocuteur

Sebastien Meunier

Member of the Management Board, Head of Innovation & Entrepreneurship

Prenez contact avec nous

Supporting Entrepreneurs

Vous souhaitez créer une entreprise ? Nous en sommes ravis car la vie de notre région économique dépend de l’entrepreneuriat. En tant qu’organisation d’encouragement de l’innovation et de promotion de la région de Bâle comme pôle économique, BaselArea.swiss soutient en priorité les entreprises axées sur la technologie et l’innovation.

Notre programme de séminaires et d’ateliers est au centre de notre offre:

  • Cours pour entrepreneurs : Notre programme de séminaires et d’ateliers est au centre de notre offre, le cours pour créateurs d’entreprises constituant notre programme de base à destination de tous ceux qui envisagent de fonder une entreprise. Vous trouverez ici un aperçu des prochains cours:

Cette offre d’encouragement au développement s’adresse exclusivement aux start-up et entrepreneurs ayant un projet concret dans le domaine de l’innovation et de la technologie:

  • Séminaires et ateliers pour entrepreneurs : ils permettent d’aborder plus en détail les diverses questions relatives à l’entreprise, telles que le business plan, le financement, le développement de produit, la tarification, la propriété intellectuelle ainsi que le marketing et la communication. Cette série de formations s’adresse exclusivement aux start-up et PME de haute technologie ayant une démarche concrète quant à l’innovation.

Outre les cours et séminaires, BaselArea.swiss propose aussi des conseils personnalisés en fonction du projet concret . Dans ce cadre, l’organisation se concentre essentiellement sur les entreprises et projets présentant un fort potentiel de croissance dans le domaine de la technologie et de l’innovation:

  • « Connect & Advisory » : lors d’un premier entretien, notre expert évalue le besoin d’assistance et établit un lien avec des spécialistes, instituts de recherche ou potentiels partenaires de coopération.
  • « New Venture Assessment » : dans le cadre d’un processus suivi et à l’occasion de rencontres individuelles avec des experts, les start-up et PME innovantes ont la possibilité de soumettre leur projet commercial à l’analyse d’experts de l’industrie, d’entrepreneurs et d’investisseurs. Information complèmentaires

A travers ces services, BaselArea.swiss couvre surtout la phase initiale de la création d’entreprise, l’objectif étant de fournir des informations utiles et recommandations solides guidant l’entrepreneur, de l’idée à la création effective jusqu’au premier projet de réalisation et à la phase initiale de financement. L’entrepreneur créant son entreprise bénéficie ainsi d’une plus grande sécurité et peut également accélérer considérablement la réalisation de son projet.

Sebastien Meunier

Votre interlocuteur

Sebastien Meunier

Member of the Management Board, Head of Innovation & Entrepreneurship

Prenez contact avec nous
Gabriel Schweizer

Votre interlocuteur

Gabriel Schweizer

Senior Project Manager Asia


Tel. +41 61 295 50 13

gabriel.notexisting@nodomain.comschweizer@baselarea.notexisting@nodomain.comswiss

Accessing China

Au cours des dernières années, la place économique chinoise a pris une importance considérable, non seulement pour la production à bas coût de biens de consommation, mais aussi de plus en plus comme marché à part entière. Pour les petites et moyennes entreprises actives dans le domaine des technologies de pointe en particulier, une expansion commerciale vers la Chine offre un fort potentiel de croissance. Il n’est toutefois pas si simple d’entrer dans cet espace économique complexe.

C’est pourquoi BaselArea.swiss propose aux entreprises de la région de Bâle (cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et du Jura) un soutien complet et centralisé, des premières analyses de marché aux voyages d’entreprise sans oublier la mise en contact avec des partenaires commerciaux. Outre les compétences spécialisées nécessaires dans ce contexte, nos conseillers disposent également de très bons contacts sur place, acquis grâce à des années d’échange sur le plan politique et économique. BaselArea.swiss s’appuie également sur un important réseau d’entrepreneurs et d’experts ayant une expérience avec la Chine et se tenant régulièrement informés des derniers développements.

Concrètement, les entreprises bénéficient des services suivants :

  • « Connect & Advisory » : transmission de connaissances élémentaires pour l’établissement d’une activité en Chine, conseil personnalisé et adapté à la situation individuelle assuré par des experts de Switzerland Global Enterprise.
  • Voyages d’entreprise et de délégation : parallèlement au programme officiel, possibilité de nouer des contacts individuels avec de potentiels partenaires commerciaux.
  • Evènements : approfondir les échanges entre la Chine et la région bâloise afin de tirer parti du potentiel commercial commun.

Les entreprises des sciences du vivant profitent en outre de partenariats avec le parc technologique de Zhanjiang ainsi qu’avec le nouveau parc de sciences naturelles de Fenglin à Shanghai, ayant ainsi accès aux grands centres chinois dans ces domaines. Sur place, l’équipe partenaire de longue date assiste les entreprises, aussi bien dans l’établissement de leur activité à Shanghai (enregistrement de produit, financement, commercialisation, etc.) que dans la prise de contact avec de potentiels partenaires commerciaux et clients.

Gabriel Schweizer

Votre interlocuteur

Gabriel Schweizer

Senior Project Manager Asia


Tel. +41 61 295 50 13

gabriel.notexisting@nodomain.comschweizer@baselarea.notexisting@nodomain.comswiss

Our Channels: EVENTS | REPORTS

report BaseLaunch

«La protection de la propriété intellectuelle est essentielle pour les affaires et la rech...

08.05.2018

Le cabinet d’avocats Vossius & Partner spécialisé dans le droit des brevets est un important partenaire de BaseLaunch depuis le lancement en 2016 de l’accélérateur de l’industrie des soins de santé. La firme conseille aussi bien des start-ups que des grandes entreprises pour la mise en place d’une stratégie de propriété intellectuelle. Philipp Marchand, avocat en brevets au bureau de Bâle, milite pour que la protection de la propriété intellectuelle soit prise au sérieux.

BaselArea.swiss: Vossius & Partner possède des bureaux à Munich, Düsseldorf, Berlin et Bâle. Comment vous intégrez-vous dans l’écosystème suisse et bâlois?

Philipp Marchand: Notre entreprise a été fondée dans les années 1960 et s’est implantée à Bâle voilà onze ans. Nous avons développé à l’interne des connaissances approfondies de toutes les questions en lien avec la propriété intellectuelle et représentons actuellement des clients de toutes tailles, des start-ups aux grands groupes pharmaceutiques, en Suisse et à travers le monde. Bâle, l’une des régions les plus dynamiques au monde dans le domaine des sciences de la vie, présente un intérêt particulier pour notre entreprise, qui dispose en Europe de l’un des plus importants groupes consacré aux sciences de la vie.

Cela paraît quelque peu sophistiqué pour de jeunes entreprises.

Pas du tout. L’expertise acquise en représentant nos clients de toutes les tailles constitue un avantage considérable pour le secteur des start-ups. En outre, au lieu de considérer les questions en lien avec la propriété intellectuelle de manière isolée, nous nous efforçons de prendre en compte tous les développements futurs possibles de nos cas. Cela signifie que nous tenons compte d’aspects relevant d’autres juridictions étant donné qu’il est indispensable, même pour une start-up, d’être conscient dès le départ des implications potentielles au plan mondial. En outre, nous travaillons avec nos avocats non seulement pour protéger une invention, mais également pour conseiller sur des aspects connexes tels que la liberté d’agir.

Vous êtes également impliqué dans BaseLaunch. Pourquoi?

Nous avons conclu un partenariat avec BaseLaunch afin de nous rapprocher de la communauté des start-ups de Bâle et de toute la Suisse. Nous rencontrons chacune des entreprises sélectionnées et passons gratuitement en revue leur situation en matière de propriété intellectuelle afin d’identifier les possibilités d’optimiser la protection de ces droits. Nous sommes impatients d’offrir plus souvent notre expertise à des start-ups, car nous sommes convaincus qu’elle profitent véritablement de notre approche de service complète. Si elles le souhaitent, elles peuvent aussi s’engager ultérieurement dans une relation client et profiter de notre expertise dès le départ. Il est clair que nous sommes alors obligés de facturer nos prestations. Nous offrons toutefois un système à prix raisonnable aux start-ups et aux universités.

Pourquoi une telle dépense en vaut-elle la peine?

La protection de la propriété intellectuelle est essentielle dans tous les domaines technologiques, et cela à plusieurs égards: c’est un moyen fiable de garantir qu’une entreprise puisse dégager des bénéfices sur le long terme sur les divers marchés mondiaux. Pour une start-up active dans le secteur des sciences de la vie ou tout autre domaine technologique, le droit de brevet est sans doute le type de propriété intellectuelle le plus important. Spécifiquement, seul un brevet vous assure le monopole et permet d’éviter que des tiers ne fassent usage de votre invention. Cependant, d’autres aspects de la propriété intellectuelle sont également pertinents à un stade précoce. Par exemple, une marque déposée protégeant la raison sociale d’une entreprise ou les produits qu’elle met sur le marché peut s’avérer très précieuse. En l’absence de la protection d’une marque déposée, une start-up peut se voir contrainte de modifier sa raison sociale ou le nom de ses produits, ce qui peut engendrer des coûts considérables.

Que se passe-t-il lorsqu’un chercheur n’a pas l’intention de commercialiser son invention immédiatement?

On pourrait penser que c’est une bonne idée de garder une invention secrète. Mais dans l’intervalle, un autre grand esprit pourrait avoir la même idée et présenter une demande de protection par brevet. Aujourd’hui, toutes les juridictions, y compris les Etats-Unis appliquent le principe du «premier dépôt de demande». Cela signifie que vous pourriez manquer votre chance, voire être poursuivi pour atteinte à la propriété intellectuelle par un tiers pour avoir utilisé ce que vous pensiez être votre propre invention. Par conséquent, nous encourageons vivement les investisseurs et leurs collaborateurs à présenter le plus tôt possible une demande de protection de la propriété intellectuelle.

De quoi ai-je besoin pour protéger une invention?

Nous aimons discuter de tous les aspects avec nos clients en personne pour comprendre pleinement le produit potentiel, ainsi que ses débouchés et les clients visés. Ensuite, nous élaborons un projet de demande de brevet, en ce sens que nous définissons l’invention et le problème technique qu’elle résout. Nous déposons la demande auprès d’un bureau des brevets, habituellement l’Office européen des brevets (EPO), qui fait partie de l’Organisation européenne des brevets, dont la Suisse est également membre. Une année après le dépôt de la première demande, nous pouvons préparer une demande ultérieure englobant plus de 150 pays dans le monde. L’entier de la procédure jusqu’à l’acceptation de la demande peut durer plus de cinq ans.

La protection de la propriété intellectuelle dans le domaine des sciences de la vie est-elle plus importante que dans d’autres branches?

La principale différence se situe au niveau du cycle de vie plus long des produits pharmaceutiques et de la réglementation plus stricte que, par exemple, dans le domaine du matériel informatique qui évolue plus rapidement. En raison des cycles de produits longs et des coûts élevés du développement dans ce secteur, un brevet constitue le seul moyen de garantir que le titulaire des droits du brevet soit le premier à profiter de l’invention. En particulier en ce qui concerne le secteur pharmaceutique, il faut aussi mentionner la nécessité de constituer un portefeuille de brevets protégeant non seulement un médicament, par exemple, mais aussi le processus de fabrication de ce dernier, les différents dosages, formulations, schémas thérapeutiques, etc. En même temps, vous devriez envisager d’utiliser d’autres droits de la propriété intellectuelle tels que les marques déposées. Prenez par exemple Bayer qui a inventé l’aspirine. Le brevet de la substance active acide acétylsalicylique a expiré depuis longtemps, si bien que ce médicament peut être produit et vendu à grande échelle. La marque déposée garantit cependant que les gens continuent de demander spécifiquement de l’aspirine.

Y a-t-il des raisons économiques de déconseiller le dépôt d’une demande de brevet?

Oui, bien sûr. Dans certaines situations, il peut être judicieux d’attendre jusqu’à ce qu’un volume suffisant de données et de statistiques ait été collecté avant de présenter une demande de dépôt de brevet. Par exemple, il n’est pas toujours recommandé de déposer un brevet pour une plateforme de recherche dans le but de protéger une méthode de filtrage de substances actives. Cela parce que les demandes de brevet sont publiées 18 mois après leur dépôt, ce qui signifie que tout un chacun a accès à la méthode. Avec un tel scénario, il est judicieux d’attendre qu’une première molécule soit issue de votre plateforme avant de demander le dépôt d’un brevet. Ces aspects stratégiques devraient cependant toujours être discutés au cas par cas.

A quelles idées fausses concernant la protection intellectuelle êtes-vous parfois confrontés?

La plupart des chercheurs sont conscients de l’importance du dépôt d’un brevet, mais l’exécution pourrait être plus rigoureuse. Une autre idée fausse est la période dite de grâce. Le droit européen des brevets ne connaît pas de période de grâce, à l’instar de la plupart des autres juridictions à l’exception des Etats-unis, du Japon et du Canada. Si vous avez publiquement divulgué votre invention en publiant un article à son sujet ou en parlant, il se peut que les droits de brevet ne vous soient pas accordés.

Qu’est-ce que les chercheurs peuvent révéler à leurs pairs?

Une invention est nouvelle aussi longtemps qu’elle n’est pas connue du public. Aussi, toute discussion avec un collègue ou exposé dans le cadre d’une conférence avant le dépôt d’une demande de brevet peut potentiellement détruire la nouveauté. Vous imaginez peut-être que nul ne le saura. Mais lorsqu’il est question d’argent, les parties tierces ne laisseront rien au hasard. Nous sommes bien sûr conscients du conflit entre une demande de brevet et la nécessité de publier des articles académiques ou d’organiser des présentations. Si vous n’êtes pas sûr de l’attitude à adopter, il est toujours préférable de nous consulter avant une publication, un exposé ou toute autre divulgation publique, même à brève échéance.

Pour terminer, souhaitez-vous ajouter un mot au sujet des start-ups actuellement ou potentiellement soutenues par BaseLaunch?

Nous sommes des scientifiques de cœur et adorons discuter de thèmes scientifiques. Nos discussions avec des jeunes pousses ont contribué à mettre en évidence l’énorme potentiel du secteur suisse des start-ups et la motivation exceptionnelle de leurs fondateurs. Nous espérons à nouveau faire partie de BaseLaunch en 2018.


A propos de
Philipp Marchand dirige le bureau bâlois de Vossius & Partner. Après avoir obtenur son diplôme de biochimie à l’Université de Francfort et ses études de doctorat au CNRS de Paris, il a commencé sa carrière par un stage en qualité d’avocat en brevets chez Vossius & Partner à Munich. Après son admission au barreau, il a été transféré à Bâle au début de 2017. Il s’est récemment lancé dans un doctorat en droit à l’Université de Bâle. Vossius & Partner est un cabinet de conseil en brevets de premier plan offrant un concept de service complet basé sur les compétences juridiques d’avocats en brevets couvrant tous les secteurs technologiques, ainsi que de juristes qualifiés pour pratiquer non seulement en Europe et en Suisse, mais également aux Etats-Unis, au Japon, à Taïwan et en Corée. L’entreprise emploie 55 avocats en brevets et 20 juristes dans ses bureaux de Munich, Düsseldorf, Berlin et Bâle.

report Innovation

Panalpina joins blockchain alliance

24.05.2018

event Production Technologies

Cercle technologique Industrie 4.0 «Productivité dans les industries du futur»

Date: 28.05.2018

Lieu: Business Park Laufental & Thierstein, Riedstrasse 8, 4222 Zwingen

report BaselArea.swiss

Lancement de l’appli Connecting Innovators

11.04.2018

L’appli BaselArea.swiss met en relation les innovateurs, tout en soutenant une idée novatrice.

L’un des principaux atouts de BaselArea.swiss réside dans son large réseau, ce que confirme régulièrement le public de nos séminaires, ateliers et conférences. Pour simplifier le réseautage pendant et après les événements, BaselArea.swiss lance maintenant l’appli «Connecting Innovators», en collaboration avec SAS Papott.

Son utilisation est simple: après avoir téléchargé l’appli sur Google Play ou dans l’App Store, il suffit de se connecter avec son compte LinkedIn et de compléter son profil. Une liste des participants à l’événement s’affichera, avec noms et photos, filtrés en fonction de leur proximité, ce qui facilitera les rapprochements. Chacun pourra voir quels utilisateurs assistent aux mêmes événements; de plus, il sera plus aisé pour les spécialistes d’entrer en contact avec des personnes ayant des intérêts similaires ou pour les entrepreneurs de se mettre en rapport avec des investisseurs potentiels.

Le réseautage simplifié

A l’origine, le développeur et fondateur de SAS Papott, Maxime Vitrey, avait l’ambition d’améliorer notre capacité à communiquer les uns les autres de manière générale. Il a alors conçu une application ouverte qui permet à tous les utilisateurs ayant créé un profil de voir qui se trouve à proximité. «Je voulais faire en sorte qu’il soit facile pour tout le monde d’entrer en contact avec d’autres personnes.» Il s’est ensuite rendu compte du potentiel que recèle sa technologie pour le réseautage lors de conférences. «Je sais par expérience qu’il est difficile d’entrer en contact avec d’autres participants que l’on ne connaît pas encore», déclare Maxime Vitrey. Les défis sont multiples: les groupes de personnes qui restent ensemble parce qu’ils se connaissent déjà; les étiquettes nominatives qui sont difficiles à lire; l’acte un peu impoli d’interrompre des gens qui sont en pleine conversation. Et, last but not least, trouver les personnes à qui il serait judicieux de parler parce que l’on partage le même centre d’intérêt.

Le monde de l’entrepreneuriat

Après avoir participé à un séminaire pour startups organisé par BaselArea.swiss, Maxime Vitrey a contacté Sébastien Meunier, Head of Innovation & Entrepreneurship, afin de lui suggérer la création d’une application conforme aux besoins de l’organisation. «Nous avons rapidement décidé de tenter le coup», déclare Maxime Vitrey. Chef de projet chevronné, il a acquis de nouvelles techniques et une expérience supplémentaire lors de la mise en œuvre du projet en assumant la responsabilité de toute la chaîne de création de valeur. Actuellement, il contacte de nouveaux clients pour réaliser des clones de l’application. Il estime qu’il y a un potentiel pour faciliter l’interaction au sein des grandes entreprises, pendant des réunions ou parmi les collaborateurs. La technologie pourrait en outre être utilisée dans les hôpitaux pour permettre aux patients d’avoir des contacts avec d’autres patients. Bien que Maxime Vitrey travaille toujours pour son employeur de longue date, Jet Aviation, il est également ravi d’avoir réussi son entrée dans le monde de l’entrepreneuriat. «Il est extrêmement motivant d’être enfin l’entrepreneur que j’ai toujours voulu être.»

Pour BaselArea.swiss, l’appli permet d’offrir un service encore plus efficace aux participants aux quelque 70 événements qu’il propose chaque année: «L’appli contribue à renforcer l’une de nos disciplines clés en créant une culture ouverte et favorable aux entreprises - un réseau solide avec des membres qu’il est facile de contacter, déclare Sébastien Meunier. Nous sommes impatients de voir un grand nombre de participants l’utiliser.»

Rejoignez-nous pour faire en sorte que le réseautage reste simple, efficace et utile. Téléchargez l’application «Connecting Innovators» sur Google Play ou dans l’App Store et faites-nous connaître votre point de vue.

 

 

report Life Sciences

Novartis receives U.S. approval for migraine medication

22.05.2018

event Supporting Entrepreneurs

Boost your profits and value with Innovation Excellence in pharma

Date: 29.05.2018

Lieu: Business Parc Reinach, Christoph Merian-Ring 11, 4153 Reinach

report ICT

«Avoir un bon réseau, c’est pouvoir»

03.04.2018

Les cours d’informatique laissaient Melanie Kovacs sur sa faim – elle a donc développé, avec Master21, son offre à elle. Le succès est au rendez-vous, notamment grâce au réseau qu’elle entretient de façon intensive, et qui a continué à grandir à Bâle: avec le réseau «We Shape Tech», qui englobe le domaine de la technologie et de l’innovation, Melanie Kovacs et ses consœurs ont pour objectif de rendre plus visibles les femmes qui travaillent dans les entreprises du secteur de la technologie et de l’innovation et de promouvoir ainsi la diversité.

Madame Kovacs, vous avez fondé Master 21 à l’âge de 28 ans. Quels ont été les ingrédients de cette réussite?

En tant que co-initiatrice du réseau de créatrices d’entreprises Aspire, j’avais rencontré de nombreuses femmes passionnantes. L’une d’entre elles était Valérie Vuillerat, directrice générale de Ginetta. Elle m’a offert un emploi que j’ai accepté. Dans l’agence, je faisais le lien entre les clients et les développeurs. Je travaillais en étroite collaboration avec les techniciens, mais je ne parlais pas leur langue. J’ai ensuite repris des études à l’université. Mais c’était un enseignement frontal terriblement théorique et ennuyeux qui ne me plaisait pas. J’étais sûre que tout le monde peut apprendre à programmer, mais je pensais qu’on pouvait faire autrement.

Qu’est-ce que votre entreprise sait mieux faire?

Nous faisons exactement ce qui me faisait défaut à l’époque: nous donnons à des personnes sans formation technique, dans une atmosphère agréable et à l’aide de nombreux exercices pratiques, suffisamment de compétence et de confiance en soi pour la programmation. La plupart des gens ont le même ressenti que moi – ils ne veulent pas nécessairement se lancer dans une nouvelle carrière, mais travailler sur une base solide avec des développeuses et développeurs. Chez Master21, ils apprennent les termes et concepts de base et comprennent les interactions entre le design, le frontend, le backend et les bases de données. Les participantes et participants découvrent  HTML, CSS, Javascript, Ruby et s’essaient par eux-mêmes au fonctionnement de la programmation orientée objet.

Comment s’est déroulé le processus de fondation?

En parallèle à mon travail chez Ginetta, j’ai démarré un projet pilote pour Master21. Pour moi, cette transition en douceur a été idéale. Mon co-fondateur est responsable des aspects techniques et du contenu, je suis responsable du commercial. Je suis vraiment heureuse qu’il m’ait donné un coup de pouce à l’époque pour que je me lance enfin. Je ne suis pas certaine que j’aurais pu créer une entreprise toute seule. Il y a quelques mois, nous avons pu embaucher une nouvelle collaboratrice. Pour moi, il est très motivant que toutes les initiatives ne tiennent pas seulement à ma personne, mais que je puisse échanger des idées avec une équipe.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans le fait d’être entrepreneuse?

Je peux donner de la flexibilité à ma routine quotidienne, j’apprends beaucoup et je travaille tous les jours avec des gens intelligents et passionnants. De plus, je remarque que mon offre a une influence directe sur les participants au cours: il y a même deux cas où des personnes se sont rencontrées pendant le cours et ont ensuite démarré leur propre projet ensemble. Il est assez difficile de trouver des développeuses et développeurs qui aiment enseigner et qui le font bien.

Que va-t-il advenir de Master21?

Je participe actuellement à l’Accelerator Program de l’Entrepreneurs’ Organization. En plus, je travaille avec un coach. A l’heure actuelle, une levée de fonds n’est pas à l’ordre du jour étant donné que j’aimerais continuer à grandir indépendamment des investisseurs. Je veux que l’entreprise se développe, mais à mon rythme et dans une perspective à long terme.

La société est basée à Zurich et vous vivez à Bâle. Où est-que vous déployez vos activités?

Je suis à Zurich quand je veux travailler au sein de l’Impact Hub et rencontrer des gens. C’est également là qu’ont lieu les cours, jusqu’à présent. A Bâle, je travaille à domicile, où j’élabore la stratégie d’entreprise et rédige des textes. Si ça devient trop calme pour moi, je vais à l’Unternehmen Mitte et j’y travaille, ou je retrouve quelqu’un pour le déjeuner dans la halle du marché. Je pense qu’il y a une grande ouverture d’esprit perceptible à Bâle, grâce aux nombreux expatriés.

Quelle est l’importance de votre réseau personnel pour le succès de Master21?

Mon réseau est absolument central. Au début, j’ai écrit à chacun de mes contacts par e-mail, je leur ai rendu compte de mon nouveau projet et je les ai invités à me faire part de leurs commentaires. J’entretiens mon réseau via LinkedIn et par e-mail, je vais régulièrement prendre un café avec les gens. Je me rends également à des événements comme TEDxZurich – et je suis active au sein de We Shape Tech.

Vous adorez le réseautage.

Oui, c’est quelque chose que fais avec aisance. Le réseautage a une connotation négative pour de nombreuses personnes. Je ne cherche pas à collectionner les cartes de visite. Je veux faire la connaissance de personnes. Et je préfère avoir une conversation avec un seul individu plutôt que de distribuer ma carte de visite à la va-vite. J’aime beaucoup le réseautage parce que je peux apprendre quelque chose de tout le monde. Il y a quelques années, j’étais présente partout, également pour promouvoir mon entreprise. Maintenant, je trouve ennuyeux que tout le monde se contente de faire sa petite présentation et je choisis mieux les événements auxquels je participe. Je trouve le réseautage particulièrement enrichissant si l’on peut échanger avec d’autres en petits groupes sur un sujet commun.

Vous avez amené à Bâle l’initiative pour la diversité, le réseau We Shape Tech, qui était déjà actif à Zurich et à Berne. Pourquoi ce réseau faisait-il défaut à Bâle?

Bâle continue d’avoir un grand potentiel dans le domaine de la technologie et de l’innovation. Nous l’avons notamment remarqué au fait que nous avons été accueillis à bras ouverts. Elaine Skapetis, membre de notre conseil d’administration, est développeuse chez Adobe. L’entreprise nous a fourni un soutien généreux, sans hésitation, lors de nos deux premiers événements à Bâle. Lors de l’événement de lancement, la salle était plein à craquer, nous avons reçu une quantité incroyable d’encouragements. Nous donnons aux personnes qui travaillent dans le domaine de la technologie et de l’innovation ou qui s’y intéressent la possibilité d’échanger des idées et d’apprendre les unes des autres. Pour ce faire, nous nous servons d’un format spécial dans lequel une personne raconte son histoire personnelle, amorce une discussion et où il reste du temps pour le réseautage. Notre objectif est de connecter les gens, de transmettre des savoir-faire et d’assurer l’accès à d’autres organisations et partenaires. Savoir et disposer d’un bon réseau, c’est pouvoir.

Quelles sont les avantages qu’apportent les réseaux qui s’adressent principalement aux femmes?

A Bâle, les hommes sont également les bienvenus au sein de «We Shape Tech». Pour promouvoir la diversité, il faut des hommes et des femmes. Malheureusement, seuls quelques hommes ont saisi cette opportunité jusqu’à présent. Les quelques hommes qui assistent aux réunions vivent l’événement comme le font souvent les femmes, à savoir en tant que membres d’une minorité. Lorsque les femmes sont entre elles, il en émerge une atmosphère plus détendue. J’en fais aussi l’expérience lors des cours réservés aux femmes de Master21: lorsque les femmes sont entre elles, elles osent davantage. En plus, elles posent des questions qu’elles garderaient pour elles s’il y avait des hommes dans la salle et s’expriment avec plus d’assurance et de confiance que lorsque des hommes sont présents.

A propos de Melanie Kovacs
Melanie Kovacs a fondé Master21, où les personnes intéressées sont initiées aux bases de la programmation dans le cadre de cours pratiques. Auparavant, elle avait créé le réseau de femmes Aspire et organisé des week-ends pour startups. Entrepreneuse, elle a fait des études en gestion d’entreprises à la Haute école de gestion de Zurich et à l’Université de Madrid et a obtenu un CAS en Requirements Engineering à la Haute école technique de Rapperswil.  Avec Aileen Zumstein et Elaine Skapetis, Melanie Kovacs a amené le réseau «We Shape Tech» à Bâle. L’initiative «Movement in Diversity» offre une plate-forme et une communauté aux personnes qui veulent faire une différence dans le domaine de la technologie et de l’innovation. En parallèle, l’organisation se concentre sur la transmission de savoir-faire et la promotion des échanges.

report Invest in Basel region

First of its kind in Switzerland: The Center for Innovative Finance

22.05.2018

event BaselArea.swiss

Workshop Kommunikation & PR für Technologieunternehmen

Date: 30.05.2018

Lieu: BaselArea.swiss, Dufourstrasse 11, 4010 Basel

report BaselArea.swiss

La région économique Bâle-Jura connaît une évolution stable

28.03.2018

La région économique Bâle-Jura offre aux entreprises un environnement de haute qualité. C’est ce qui ressort du rapport annuel 2017 de BaselArea.swiss, qui paraît aujourd’hui.

Dans son rapport annuel 2017 qui paraît aujourd’hui, BaselArea.swiss exprime sa satisfaction par rapport au développement de la région Bâle-Jura. En effet, le nombre d’implantations réalisées avec le soutien des services de promotion de l’innovation et de promotion économique des cantons de Bâle-Campagne, Bâle-Ville et du Jura s’est hissé, après le record de 2016, au niveau de l’année précédente. Si l’on tient compte du nombre d’emplois prévus dans les trois à cinq années à venir, le résultat renoue avec 2016. «C’est un résultat satisfaisant au vu des conditions cadre difficiles», se félicite le CEO Christof Klöpper. Le rejet du projet de réforme de l’imposition des entreprises III a en effet suscité une certaine inquiétude du côté des clients.

Concernant l’origine géographique et la sphère d’activités des entreprises nouvellement implantées, on constate la prédominance des Etats-Unis et des sciences de la vie (y compris la chimie). Parmi les implantations les plus importantes : Bio-Rad (Etats-Unis), qui a choisi Bâle pour son siège européen; Idemitsu (Japon) qui a créé à Bâle un centre de recherche pour les diodes électroluminescentes organiques; SpiroChem, qui a opéré le transfert de son siège de Zurich à Bâle. Par ailleurs, ce vivier a attiré de nouveaux projets d’implantation: ainsi, 90 entreprises ont visité la région en 2017 afin de procéder à une évaluation du site.

Davantage d’entreprises

Les créations d’entreprises ont connu une évolution positive dans la région Bâle-Jura. Ainsi, BaselArea.swiss a prodigué davantage de prestations de soutien aux entrepreneurs et apporté sa contribution à plus de 60 créations et projets de startups. Les événements, séminaires et ateliers organisés par BaselArea.swiss ont attiré plus de 5500 participants sur des thèmes liés à l’innovation, ce qui représente une avancée notable par rapport à l’année précédente.

BaselArea.swiss a lancé en 2017 toute une série d’activités sur des thèmes liés à l’innovation revêtant une importance pour la région. Des activités ont ainsi été développées dans le secteur de l’industrie 4.0. Celles-ci doivent être encore renforcées en 2018 par des partenariats avec les pays voisins dans le cadre d’un projet Interreg. Les innovations dans le secteur de l’industrie chimique constituent une autre priorité. Une initiative très remarquée baptisée DayOne a vu le jour en 2017 sur les thèmes de la médecine de précision et de la santé numérique (Digital Health).

BaseLaunch, le programme d’accélération dédié au secteur de la santé, lancé en 2017, s’est révélé particulièrement fécond. Il s’est attiré le soutien de cinq leaders de l’industrie, soit Johnson & Johnson Innovation, Novartis Venture Fund, Pfizer, Roche et Roivant Sciences, et a également suscité des réactions positives sur le marché: plus de 100 candidatures de projets de startups provenant de plus de 30 pays ont été reçues par BaselArea.swiss. Six startups ont été fondées dans la région Bâle-Jura; elles seront soutenues en phase de développement pendant un an par une enveloppe de 250 000 CHF maximum, ainsi que par un appui logistique en Suisse grâce au laboratoire Switzerland Innovation Park Basel Area.

report Life Sciences

Most exciting biotechs are based in Basel

17.05.2018

event Production Technologies

Pharma Digitalization: Now & Future Trends

Date: 01.06.2018

Lieu: Auditorium on Ground Floor of Building 683 of F. Hoffmann-La Roche AG, Viaduktstrasse 33, Basel

report Life Sciences

«J’aime réfléchir à des problèmes apparemment insolubles»

13.03.2018

Andreas Plückthun continue de chercher là où d’autres ont laissé tomber: 40 collaborateurs travaillent au sein de son laboratoire dans le domaine de l’ingénierie des protéines. Les résultats constituent la base de trois entreprises de biotechnologie: Morphosys à Munich ainsi que Molecular Partners et G7 Therapeutics (désormais Heptares Zürich) à Schlieren. En marge du congrès Antibody à Bâle, Andreas Plückthun nous a expliqué pourquoi il est resté fidèle à la recherche.

Monsieur Plückthun, en trois décennies, vous avez co-fondé trois sociétés de biotechnologie. Quels ont été les ingrédients de cette réussite?

Au début, il y avait toujours la curiosité de découvrir quelque chose de nouveau, jamais la volonté de créer une entreprise. Après que nous ayons fabriqué des anticorps artificiels et appris comment imiter le système immunitaire, nous avons fondé la société Morphosys. C’est alors que la question suivante s’est posée: est-ce que nous pouvons utiliser d’autres molécules de protéines et résoudre ainsi de nouveaux problèmes? C’est comme cela qu'ont été conçues les Designed Ankyrin Repeat Proteins (DARPins) et une deuxième entreprise, Molecular Partners à Schlieren. Le défi suivant consistait à stabiliser les récepteurs grâce à l’ingénierie des protéines afin de pouvoir développer plus efficacement des médicaments pour ces points sensibles. En raison de ces recherches, nous avons créé une troisième société, G7 Therapeutics.

Qui a respectivement motivé ces créations d’entreprises?

Pour la première entreprise, ce sont mes collègues chercheurs. J’étais alors le plus sceptique des trois. Les deux autres sociétés sont des spin-offs classiques de mes doctorants et post-doctorants.

Aujourd’hui, quelle est la situation de ces entreprises?

Morphosys compte actuellement 430 collaborateurs. L’entreprise a récemment fêté son 25ème anniversaire. De plus, nous avons reçu la première autorisation de la FDA pour un anticorps qui est donc désormais disponible sur le marché. Cette société est l’une des rares qui fait encore exactement ce que nous avions écrit à l’époque dans notre business plan et qui connaît toujours le succès. Molecular Partners emploie 130 collaborateurs, avec plusieurs études en phase deux et trois. Tout comme Morphosys, l’entreprise est cotée en bourse. G7 Therapeutics a été rachetée par l’entreprise anglaise Heptares appartenant elle-même à la société japonaise Sosei. En bref, toutes les entreprises vont bien. Pour moi, la fondation en soi ne représente pas une réussite particulière. Ce qui m’intéresse, c’est plutôt que l’entreprise se porte bien et commercialise des médicaments.

Quels sont les changements auxquels vous avez fait face pour les créations d’entreprise au cours des décennies?

L’environnement a totalement changé. En Europe, il y a 25 ans, créer une entreprise de biotechnologie n’allait pas de soi. Pour cela, les gens partaient en Californie. Aux Etats-Unis, lors d’un symposium, j’ai été accueilli en tant que chercheur et fondateur d’entreprise par la phrase: «He is like us». Là-bas, il était normal depuis bien plus longtemps d’être à la fois chercheur et entrepreneur. Chez nous, le scepticisme a désormais disparu et de telles créations d’entreprises sont perçues de manière positive. De plus, il existe désormais une scène «venture capital». Pour être honnête, je dois dire que par rapport aux bailleurs de fonds, il est utile d’avoir déjà fondé une entreprise prospère. Le premier accord est le plus compliqué.

Vous semblez avoir bien réussi en tant que créateur d’entreprise. Est-ce que vous n’avez jamais eu envie d’intégrer l’une de vos sociétés?

Pour moi, il n’a jamais été question de quitter la haute école. C’est un privilège incroyable d’être payé par l’Etat afin de faire des choses un peu folles. J’ai toujours voulu réfléchir au prochain défi au sein de la haute école. Dans ce cadre, ne pas être obligé de justifier des bénéfices trimestriels constitue la seule possibilité d’assurer le progrès. Dans une entreprise qui utilise l’argent des investisseurs pour la recherche, il n’est pas possible de réaliser des projets risqués et longs comme ceux qui m’intéressent. Mais je peux affirmer que grâce aux entreprises qui se basent sur mes recherches, j’ai remboursé mon dividende et créé de nombreux emplois.

Vous continuez donc à vous consacrer à la recherche fondamentale. Est-ce qu’il est possible de pousser celle-ci vers une commercialisation accrue?

Nous avons toujours voulu résoudre des problèmes qui nous semblaient suffisamment importants. A moment donné, dans la recherche, la question qui se pose est de savoir comment l’on utilise les résultats, ce qui en découle. Si nous n’avions pas commercialisé les résultats, les projets se seraient simplement arrêtés alors qu’ils devenaient intéressants. Nous serions restés bloqués à mi-parcours. C’est comparable avec un plan de construction pour un ordinateur que l’on ne construirait pas. En fondant des entreprises, nous voulions nous assurer que les projets continuent.

Dans le cadre de vos recherches, est-ce que vous avez collaboré avec l’industrie?

La collaboration directe entre l’industrie pharmaceutique et notre laboratoire n’a jamais vraiment bien fonctionnée. Les attentes et les horizons temporels sont très différents. Nous développons de nouveaux concepts et de nouvelles idées. Souvent, cela n’est pas compatible avec la recherche pharmaceutique de la grande industrie. Je pense que je ne froisserai personne en affirmant que l’industrie pharmaceutique est très conservatrice. Nous avons certes de nombreux contacts, mais très peu de collaborations. Cependant, les entreprises que nous avons créées travaillent très bien avec l’industrie pharmaceutique.

Quels sont les prochains thèmes auxquels vous allez vous consacrer?

Nous effectuons des recherches sur les virus artificiels qui ne peuvent pas se multiplier. Il faudrait que les virus produisent dans le corps les protéines nécessaires en tant que produits thérapeutiques. Il s’agit d’un sujet tellement éloigné de la mise en œuvre pratique qu’il est uniquement possible dans une haute école. Mais je suis convaincu que cela aurait des conséquences énormes si cela fonctionne. Je ne serais pas tranquille si nous ne tentions pas au moins le coup. Dans mon laboratoire, nous essayons donc une fois de plus de résoudre un problème que la plupart des spécialistes jugent impossible. C’est ce qui nous motive à nous lever le matin. Je veux démontrer que cela est possible malgré tout.

Inscription à l'événement: Andreas Plückthun between basic research and biotech entrepreneurship on 24 April 2018.


A propos d’Andreas Plückthun
Andreas Plückthun est biochimiste et chercheur dans le domaine de l’ingénierie des protéines et de l’évolution dirigée de protéines, en particulier d’anticorps, de molécules synthétiques de liaison et de protéines membranaires. Il est professeur à l’Institut de Biochimie de l’université de Zurich depuis 1993. Il a étudié la chimie à l’université d’Heidelberg et a passé sa thèse à l’université de San Diego en Californie. Il a réalisé son post-doctorat à l’Institut de chimie et de biologique chimique de l’université Harvard. Après son séjour de sept ans aux Etats-Unis, Andreas Plückthun est revenu en Allemagne pour devenir chef de groupe au centre génétique de l’université de Munich et à l’Institut Max-Planck de biochimie à Martinsried. Il est membre de la European Molecular Biology Organization (EMBO) et fait partie de Leopoldina, l’Académie nationale des sciences. Il a reçu de nombreux prix internationaux et a été récompensé en tant que pionnier de l’ingénierie des protéines. Andreas Plückthun est co-fondateur des deux sociétés spin-off Morphosys (actuellement: 400 collaborateurs) et Molecular Partners (actuellement 40 collaborateurs) cotées en bourse.

Interview: Annett Altvater et Stephan Emmerth, BaselArea.swiss

report Precision Medicine

BC Platforms partners with Google Cloud

15.05.2018

event Innovation

Les technologies 4.0 au service de l’Homme

Date: 05.06.2018

Lieu: LOKAMI Restaurant, Bar & Lounge, Elsässerrheinweg 101, 4056 Basel Switzerland

report BaseLaunch

Meet the BaseLaunch Startups

11.03.2018

Six of the BaseLaunch startups recently started Phase II. They received either grants up to 250,000 Swiss francs or gained free of charge access to BaseLaunch laboratory and office space at the Switzerland Innovation Park Basel Area. Hear what the startups, the BaseLaunch team and selection committee members experienced in the first year. Find out more about what makes BaseLaunch unique.

The BaseLaunch accelerator is now open for applications for the second cycle. Entrepreneurs with a healthcare based project or a game-changing innovation in diagnostics, medtech or related field at the pre-seed or seed funding stage are invited to submit their applications to the program.

Following the application deadline on 14 May, promising projects will be admitted to the accelerator program for a period of 15 months. In phase I, the startups will benefit from the support of industry experts, office- and laboratory space free of charge and access to healthcare partners. After three months, they will be invited to present their idea to the selection committee. They will determine which promising startups will proceed to Phase II that runs for one year.

BaseLaunch is backed by five industry leaders — Johnson & Johnson Innovation, Novartis Venture Fund, Pfizer, Roche and Roivant Sciences. Other public and private partners such as KPMG and Vossius & Partner also support the initiative.

report Invest in Basel region

Abberior Instruments GmbH opens subsidiary in Basel

14.05.2018

event Supporting Entrepreneurs

Bring your market and competitor analysis to the next level

Date: 05.06.2018

Lieu: BaselArea.swiss, Dufourstrasse 11, 4010 Basel