Reports

Contact BaselArea.swiss

Allgemeine Anfragen


Tel. +41 61 295 50 00

info@baselarea.notexisting@nodomain.comswiss
report Industrial Transformation
David Mazzoni et Emile Eichenberger, Multietch

David Mazzoni et Emile Eichenberger, Multietch

04.11.2019

MultiEtch SA, une entreprise à la pointe de l’innovation dans la micro-mécanique

Vous êtes deux dirigeants à la tête de MultiEtch, qu’est-ce qui vous a motivé à relever ce défi entrepreneurial ?

Emile Eichenberger: Tout comme les fondateurs de la société, nous avons tous deux fait nos débuts au sein de l’entreprise Doniar SA à Bienne, une société active dans la découpe chimique. Malheureusement, pour des raisons stratégiques, les activités ont cessées.
Notre volonté forte de rester dans ce domaine d’activité nous ont poussés à postuler auprès de MultiEtch SA. C’est alors que les fondateurs nous ont convoqués pour nous proposer non pas un emploi, mais de reprendre la société.
Après une réflexion de 48 heures, nous avons décidé de saisir cette opportunité et de nous lancer dans l’aventure. Les négociations pour finaliser le rachat de l’entreprise ont pris plus d’un an, puis nous sommes devenus les nouveaux co-dirigeants de MultiEtch.

Comment avez-vous fait évoluer la société ?

Au moment de la reprise des activités, nous avons été contraints de réorganiser l’entreprise et de lui donner un coup de jeune. Nous avons recruté du personnel pour compléter les compétences d’alors et orienter la société dans la nouvelle stratégie que nous avions définie.
Au fil des années, nous avons mis en place un atelier d’électroformage pour agrandir notre offre, nous avons également acquis un photo-traceur afin de réaliser nous-même nos outillages.
Les parties logistique et qualité ont été revues également avec la mise en place d’un ERP et d’un fonctionnement selon la norme ISO 9001.
Actuellement, l’entreprise compte 28 collaborateurs.

Comment la branche s’est-elle développée ?

Dans le domaine de l’horlogerie, la demande est stable. Il y a évidemment quelques variations liées au marché, mais sur la durée, l’activité se maintient très bien.

Le besoin a évolué et s’oriente vers des séries plus petites et d’une qualité irréprochable. Ceci nous a motivé à travailler sur le rendement et à gagner de nouveaux clients. La découpe chimique et l’électroformage sont des départements qui affichent une belle augmentation. Les sensibles variations qui sont liées à ces activités proviennent majoritairement du franc fort.
Les activités des codeurs se sont maintenues ces dernières années. Nous produisons des codeurs qui sont vendus sur les marchés européens (Allemagne, Italie, Espagne).
Les activités de MultiEtch se sont ainsi développées et nous avons actuellement un projet à l’étude au sein de notre entreprise. Il s’agit du LIGA. Un procédé de structuration galvanique par lithographie. De façon simplifiée, il s’agit d’un moule en résine à l’échelle macroscopique dans lequel on vient déposer du nickel par électrolyse.
Cette technique est clairement complémentaire à l’usinage traditionnel, car il n’y a aucune limite de formes.

Avez-vous beaucoup de concurrence ?

Il existe bien évidemment toujours des concurrents. En gravure chimique, nous sommes seulement trois graveurs en Suisse romande. Quant aux trois autres départements, nous avons uniquement un à deux concurrents en Suisse.
L’utilisation de la photolithographie est peu connue, si ce n’est dans le circuit imprimé et elle s’apprend uniquement en entreprise.
Cette technique concurrence la découpe laser, car elle est moins onéreuse et de meilleure qualité.

Dans quel domaine avez-vous pu gagner de nouveaux clients ?

Nous avons clairement augmenté notre clientèle dans le domaine de l’horlogerie avec la gravure chimique, car nous sommes à ce jour plus connus qu’auparavant et nous avons démontré nos compétences dans le domaine.
En développant l’électroformage nous avons amené des clients internationaux dans les secteurs du médical, de l’optique et de l’électronique. Notre force est d’allier la réactivité de l’horlogerie et la robustesse du médical.

Trouvez-vous suffisamment de spécialistes, d’employés qualifiés ?

La question des compétences des collaborateurs et de leurs spécialités n’est pas une chose évidente dans notre domaine. Cela demande un investissement conséquent dans les recherches et la formation du personnel.
Nous sommes heureux de pouvoir compter sur des employés qualifiés et faisons de notre mieux pour pouvoir garder ces collaborateurs au sein de notre entreprise. Chose qui n’est parfois pas évidente lorsqu’il faut concurrencer avec de grands groupes.

Au mois d’octobre prochain, le Switzerland Innovation Park Basel Area, site du Jura, ouvrira ses portes à Courroux sur le campus technologique d’innodel. Quelles opportunités y voyez-vous ?

Nous sommes plutôt bien informés quant à la volonté du Canton du Jura de s’investir pour les PME afin de leur offrir des solutions pour innover et maintenir leurs activités. Nous apprécions le dynamise du Canton.
Toutefois, pour être honnête, ce n’est pas toujours évident de bien saisir qui fait quoi entre la Promotion économique du Canton du Jura, Creapole SA et BaselArea.swiss. Peut-être que quelques précisions et clarifications des rôles et compétences de chacun seraient les bienvenues.

Quels sont vos projets futurs chez MultiEtch ?

Nous avons un fabuleux projet de construction d’un bâtiment neuf qui sera situé à Saignelégier. Il devrait être opérationnel dès juillet 2020. Les premiers travaux ont débuté cet été et nous avons travaillé nous-même sur les aménagements intérieurs pour essayer de rendre le bâtiment et les flux de production les plus efficaces que possible. C’est un beau défi.
Nous espérons qu’avec ce bâtiment de 1500 m2 (actuellement nous disposons d’une superficie d’un tiers plus petite), nous pourrons séduire de nouveaux clients et donner un nouvel élan à la société.

A propos de MultiEtch

MultiEtch, basée au Noirmont, a été fondée en 1987 par Jean-Philippe Frésard et Antonio Mendez avant d’être reprise en 2011 par une équipe jeune et dynamique composée de David Mazzoni et Emile Eichenberger. MultiEtch SA est ainsi une entreprise spécialisée depuis plus de 25 ans dans la gravure et l’usinage chimiques de précision par photolithographie. Les activités sont réparties à hauteur d’environ 40% dans le domaine de l’horlogerie et à 60% dans le secteur de la microtechnique, plus spécifiquement dans le médical, l’optique, l’alimentaire, l’électronique et la mécanique.

MultiEtch SA se compose de quatre départements distincts, à savoir :
- la gravure chimique qui représente environ 40% des activités de la société
- la découpe chimique qui atteint elle aussi environ 40% des activités
- suivent ensuite l’électroformage et les disques codeurs optique, tous deux pour une activité de 20%.

Cookies

BaselArea.swiss verwendet Cookies, um Ihnen den bestmöglichen Service zu gewähren. Wenn Sie auf der Seite weitersurfen, stimmen Sie der Cookie-Nutzung zu.

Ok