Innovation Report

Contact BaselArea.swiss

General inquiries


Tel. +41 61 295 50 00

info@baselarea.notexisting@nodomain.comswiss
report Medtech
CLA SA (img: Franziska Zenger)

CLA SA (img: Franziska Zenger)

03.12.2018

«Le grand challenge c’est l’innovation et bien comprendre les besoins des clients»

Patrick Fleury, co-propriétaire de la société CLA SA – Clinical Laboratory Automation SA à Delémont nous introduit sur son parcours d’entrepreneur au Jura.

Quelle était votre motivation à créer votre propre entreprise ?

Patrick Fleury: Lorsque j’étais employé chez Flowtech AG, j’avais la volonté de me mettre en statut d’indépendant et je cherchais une voix dans ce sens. Par l’intermédiaire de M. Füeg, l’ancien directeur de l’EHMP à Porrentruy, j’ai obtenu une rencontre avec M. Froreich qui souhaitait créer une nouvelle société en Suisse. CLA SA – Clinical Laboratory Automation SA - est une société de développement, conception, fabrication, montage, vente et service après-vente de machines d’équipements qui sont destinés principalement au secteur de la microtechnique, en particulier dans le secteur des composants médicaux et de l’horlogerie.

Quelles sont vos domaines de spécialisation ?

Nous ne travaillons que pour le tout petit. La taille idéale de pièces qui peuvent être transportées et/ou mesurées sont de la taille d’une montre et d’un poids maximal de 300 grammes.
Nous fabriquons 3 types de produits, à savoir des systèmes de transports SMS qui sont issus justement de la relation avec M. Froreich dans le domaine des laboratoires d’analyses. Cette technologie a ensuite été adaptée pour différents types de composants. Nous fabriquons des appareils de mesure destinés à caractériser des grandeurs physiques (par exemple les forces, les moments de couple, des petites distances, des composants, des fonctions, etc.) pour le secteur de la microtechnique. Le troisième type de produits ce sont ceux associés à la robotique où nous faisons le lien entre un process et un système de transport pour pouvoir manipuler des composants ou des pièces.
Pour gérer tout cela, il faut des logiciels qui permettent de piloter ces équipements. Nous développons et fabriquons nous-même l’entier de nos produits ici à Delémont.
En 2002, nous avons construit le nouveau bâtiment à la Route de la Communance 49 à Delémont. Nous y sommes entrés en 2003 et bénéficions de 900m2 de bureaux et une halle de production et de montage de 1300 m2.

Quelle est votre clientèle type ?

Nous avons plutôt une clientèle de niche suisse qui travaille beaucoup dans le secteur du médical, de la microtechnique et de l’horlogerie. En particulier pour la manutention et tout ce qui touche aux composants de petite taille.

Combien d’employés compte actuellement votre société ?

Actuellement, 34 personnes travaillent chez CLA. Nous formons des apprentis, min. 1 employé de commerce chaque année et, en fonction de la disponibilité des collaborateurs et de la situation économique, nous formons également des automaticiens.
Tous nos collaborateurs sont formés et la quasi-totalité du personnel est qualifié ou hautement qualifié. Nous avons un large éventail de compétences et de métiers au sein de notre entreprise, tels que des mécaniciens, micro mécaniciens, ingénieurs en mécanique, en électronique, etc. Le personnel commercial a également au minimum une formation d’employé de commerce ou un diplôme de HEG.

Avez-vous des difficultés d’embaucher du personnel régional ?

Oui, nous avons énormément de difficultés à embaucher du personnel régional, spécialement pour les postes à valeur, tels que les ingénieurs. Nous avons également de sévères difficultés à trouver de bons mécaniciens. Nous avons au sein de notre entreprise trois collaborateurs frontaliers qui font de la mécanique de précision sur les machines.
En revanche, dans l’administratif, nous avons de très bons candidats ; les jeunes sont bien formés.

Quelles sont les thématiques d’actualité dans votre entreprise ? L’industrie 4.0 est-elle une question centrale dans votre stratégie de développement ?

Pour être tout à fait honnête, la thématique de l’industrie 4.0 est un sujet qui me semble plus une affaire de marketing. Chaque composant monté dans notre usine est tracé depuis le départ, aussi nous pouvons dire que nous mettons en pratique l’industrie 4.0 depuis le début de nos activités.
Les thématiques d’actualités dans notre entreprise concernent plutôt la capacité de capitaliser sur les produits qui sont développés et de continuer à innover pour amener des solutions technologiques nouvelles et innovantes. Le grand challenge c’est l’innovation et bien comprendre les besoins des clients.

Quelles sont les prochaines étapes de votre entreprise ?

Nous souhaitons développer d’autres produits dans la microtechnique. Nos produits ont actuellement une durée de vie qui se situe entre 10 et 15 ans. Nous devons être capables d’amener des solutions meilleures et moins chères pour les clients et que tout ceci tienne compte des effets énergétiques.
Je suis fermement opposé à développer et construire une immense machine pour sortir une pièce microscopique. Il est donc nécessaire, technologiquement parlant, de trouver une solution qui soit adaptée à la taille des composants à traiter.

Comment voyez-vous l’entreprise dans 5 ans ?

Cela fait environ une année que je réfléchis à la suite de l’entreprise. Je souhaite que nous poursuivions toujours ce que nous faisons, que nous développions le marché, en particulier en Suisse-allemande. J’aimerais également apporter de sang neuf au niveau du management, afin de trouver des gens qui amènent une nouvelle vision.

Texte: Franziska Zenger, Creapole SA

A propos de Patrick Fleury

Avant de travailler chez CLA, Patrick Fleury a travaillé dans la société Landis & Gyr à Zug, une entreprise spécialisée dans les compteurs d’électricités. Puis il a occupé le poste de Product Manager des débimètres auprès de la société Flowtech AG à Reinach, qui est une succursale du Groupe Endress & Hauser. En 1996,la rencontre avec M. Froreich, a débouché sur la création de la société CLA SA en 1997. Au début, il occupait uniquement le poste de directeur, puis en 2001, un partage des actions a été effectué avec M. Froreich et il est devenu ainsi co-propriétaire de la société.

M. Fleury a suivi les cours de l’EHMP à Porrentruy dans son plus jeune âge pour ainsi obtenir le CFC de micro-mécanicien. Ensuite, il a continué à se former à l’école d’ingénieurs à Bienne où il a obtenu un diplôme d’ingénieur HES en microtechnique.

Categories

Medtech
Cookies

BaselArea.swiss uses cookies to ensure you get the best service on our website.
By continuing to browse the site, you are agreeing to the use of cookies.

Ok